mardi 6 juin 2017

Sofia Aram et la circoncision, hilarant !

"Se couper le prépuce pour devenir un homme, c'est comme se couper la jambe pour devenir cycliste."
http://www.dailymotion.com/video/x2hvpkl

lundi 13 mars 2017

"Excision, circumcision: men's power over the child!" by Jean-Pierre Rosenczveig (translated by Michel Hervé Bertaux-Navoiseau)


"Excision, circumcision: men's power over the child!"
by Jean-Pierre Rosenczveig
(translated by Michel Hervé Bertaux-Navoiseau)


"Believing the latest UNICEF report, "more than 70 million girls and women have undergone FGM in 28 African countries, plus Yemen". Of course, this figure must be taken as a rough estimate, revealing the extent of a practice that carries on despite opposition that arises not only in so-called Western countries, but also in Africa. In a majority, if not unanimously, states now condemn it.

Nevertheless, it dies hard. Regularly, some give it a religious legitimacy. Blame the Koran again. Fortunately, another reading of the texts, which does not allow excision, compels recognition.

For the international community, religion cannot make the law; legal standards adopted in common must.

In the case in point, the International convention on the rights of the child of November 20 1989 prohibits, with the diplomatic language that was unfortunately required, attacks to the physical integrity of a child which are not warranted by medical reasons:

"Article 24 3. States Parties shall take all effective and appropriate measures with a view to abolishing traditional practices prejudicial to the health of children."

And we are forced to acknowledge that human imagination is fertile to establish the domination of men over women, of adults upon children or of the group over the individual. The neck is stretched, the feet are pinched, things are introduced into the vagina, excision or circumcision is performed, etc... In short, the body of the other is deeply or indelibly marked to show her or him that it does not belong to her or him.

Excision is a real amputation of the woman with the concern of preventing her from enjoyment, this pleasure being kept for men. And it is successful. Women who have undergone that criminal assault bear it less and less and denounce that aggression. At best, they wish to find their bodily integrity again and, very fortunately, medical technology enables them to do so, as a report broadcast yesterday in France 2 News remarkably showed. We must be thrilled for them.

Yet, it is no small task for each one, particularly on the psychological level, if not the physical one, to follow that path in order to find their wholeness again; all the more since they already need to face their families. They often choose not to tell them about that reconstruction. The time will probably come when they will dare leading the fight openly. We must hope for it.

At all events, the previous generation was able to rebel and complain about the endured violence or seek help to avoid being excised.

French justice was able to help them in the 90s through symbolic trials with high media coverage both here and in Africa. Excisers have been condemned, parents sometimes too, to sentences of around 5-6 years imprisonment, part of which without remission.

Through the echo given to the debates and convictions, these trials in criminal courts probably contributed to affirm the prohibition. Obviously, by themselves, they were not enough to prevent further acting out, but they were necessary. They supported the resistance in Africa and helped significantly to eliminate the phenomenon in France.

It is desirable that those who practice that crime abroad, enable it or even incite to it should be punished in France as it is the case as regards sexual violence, should they be French or foreigners. French public order and international public order require it more than ever on behalf of human rights.

For those who might have been shocked that I have included circumcision in the list of condemnable sexual mutilations, I shall make it clear that I am aware that the implications upon sexuality are obviously different. Similarly, it is certain that circumcision may have been imposed in the past or may still be necessary for medical reasons, but in the majority of cases now, it is nothing of the sort; except for these rare cases that are medically justified, it meets the preoccupation of parents to "mark" their children religiously and this prospect comes into the purpose laid down by the International convention on the rights of the child.

It is time to have a public debate on this subject so as not to put only others' houses in order."

Présentation par J-M Tasset de "Les secrets de l'Exode", un livre de Messod et Roger Sabbah (Le Figaro, 20.09.2000)


Les secrets de l'Exode présentés par Jean-Marie Tasset


Vous trouverez ci-dessous copie de l'article de Jean-Marie Tasset sur "Les secrets de l'Exode", des égyptologues Messod et Roger Sabbah. Il parut en première page du Figaro le 20 septembre 2000. Leur grande découverte est que les Juifs n'ont jamais été mis en esclavage en Egypte où il n'y a aucune trace d'une population d'esclaves étrangers. Par contre, la Bible raconte le bannissement d'une petite secte monothéiste égyptienne vivant à Akhetaton, qui est devenue les Juifs.


Akhenaton et Abraham seraient le même homme
Jean-Marie Tasset


Deux chercheurs juifs, Messod et Roger Sabbah, affirment avoir découvert, après plus de vingt ans d'études scrupuleuses et rigoureuses, le sens caché de la Bible. L'ancien testament aurait-il enfin livré ses secrets ? Le peuple hébreu, celui de l'Exode, celui dont on n'a jusqu'à présent trouvé aucune trace dans l'Egypte ancienne, ne serait - selon les deux chercheurs - autre que la population égyptienne d'AkhetAton (l'actuelle Tell el-Amarna), la capitale d'Akhenaton, le premier pharaon monothéiste.

Exilés en Canaan vers 1344 av. J.-C. par le futur pharaon Aï, qui régna peu après Toutankhamon, les prêtres et les notables monothéistes fondèrent, quarante années après la campagne militaire de Toutankhamon, le royaume de Yahouda (la Judée).

La découverte extraordinaire de ces deux chercheurs, si elle s'avère, révèle non seulement la véritable origine du monothéisme, mais encore elle retrouve l'origine de l'alphabet hébraïque dans l'écriture hiéroglyphique. Messod et Roger Sabbah vont encore plus loin dans leur implacable démonstration : ils montrent que la Genèse reproduit la cosmologie égyptienne. Les personnages historiques de l'Ancien Testament : Abraham, Moïse, Aaron, Joseph, Sarah, Laban, dissimulent des noms et des titres royaux égyptiens bien précis. Selon ces deux chercheurs, Abraham serait Akhenaton et Moïse le pharaon Ramsès Ier. Quant à Sarah, elle serait Néfertiti.

Le monde judéo-chrétien va être bouleversé. Le milieu scientifique, celui des archéologues et des historiens, sera stupéfait.

L'analyse et l'examen des textes de la Bible hébraïque (Ancien testament) et Araméenne, ainsi que des hiéroglyphes égyptiens, par Messod et Roger Sabbah, vont si loin qu'ils remettent en question l'histoire par laquelle l'humanité s'est créé une mémoire collective fonctionnant sans interruption jusqu'au premier siècle de notre ère. Cette révélation était pressentie par Jean-François Champollion, père de l'égyptologie moderne. Il écrivait : "La connaissance réelle de l'ancienne Egypte importe également aux études bibliques et la critique sacrée doit en retirer de nombreux éclaircissements." Sigmund Freud, de son côté, hanté et fasciné par Moïse, proposait l'hypothèse suivante à la suite des fouilles effectuées à Tell el-Amarna, site actuel de l'ancienne capitale d'Akhenaton : "Nous aimerions à présent risquer cette conclusion : si Moïse fut un égyptien, s'il transmit sa propre religion aux juifs, ce fut celle d'Akhenaton, la religion d'Aton." Il ajoutait : "Si j'étais millionnaire, je financerais la poursuite des fouilles... ".

Messod et Roger Sabbah se sont plongés dans la relecture de la Bible à partir de l'exégèse de Rachi (1040 - 1105), grand-maître de la tradition écrite et orale qui vécut à Troyes où il écrivit le commentaire de l'Ancien Testament, en étudiant le Pentateuque hébraïque et la Bible araméenne. Jamais la Bible n'a été étudiée comme une composante de l'égyptologie. Bien qu'une grande partie du récit biblique se passe en ancienne Egypte, on ne trouve aucune trace d'Abraham, de Joseph, de Moïse. Pour les archéologues, ils n'existent pas. On n'a découvert aucune preuve de leur présence tels qu'ils sont décrits dans la Genèse et dans l'Exode.

Les historiens assimilent plus ou moins les Hébreux aux Apiroux ou Abirous, ou encore aux Shasous, en tout cas à ces peuples de semi-nomades bédouins qui vivaient en marge de la société égyptienne. Mais, d'après Messod et Roger Sabbah, c'est peut-être le terme "hébreux" qui leur aurait été attribué par les scribes de l'époque babylonienne (VI° siècle av. J.-C.) qui aurait mis les exégètes dans la confusion.

Alors de troublantes questions se posent, si l'on s'en tient au récit biblique : comment se fait-il que l'on n'a pas découvert dans les textes hiéroglyphiques égyptiens des récits ou des témoignages de la présence d'une population ayant vécu quatre cent trente ans en Egypte, dont deux cent dix en esclavage, sous plusieurs pharaons ? Est-il possible de s'installer en terre de Canaan sans aucune réaction de l'autorité pharaonique, sachant que, tout au long de son histoire, l'Egypte administrait cette province ? Comment ce peuple, imprégné dans la plus grande partie de ses traditions par la sagesse de l'Egypte, a-t-il pu disparaître aussi mystérieusement ? Pourquoi n'a-t-on rien retrouvé de la présence des Hébreux en Egypte, dans les sables, dans les tombes, dans les temples et sur les stèles ?

Ces énigmes ont été résolues par Messod et Roger Sabbah, qui nous livrent leurs recherches dans un ouvrage à paraître très prochainement, Les secrets de l'Exode (1).

En examinant attentivement les peintures murales qui ornent les tombes de la Vallée des rois, les auteurs ont découvert des hiéroglyphes derrière les symboles de la langue hébraïque.

Alors qu'il n'existe aucune trace scientifique et archéologique de la sortie des Hébreux d'Egypte telle qu'elle est décrite dans la Bible, on s'aperçoit que cet événement correspond bien à l'expulsion des habitants monothéistes de la ville d'Akhenaton. Peu après la disparition du pharaon adorateur d'un seul dieu, Akhenaton, vers 1344 av. J.-C., sa capitale, Akhet-Aton, l'actuelle Tell el-Amarna, est vidée de tous ses citadins, sur ordre du futur pharaon Aï, qui régnera peu après Toutankhamon. C'est la fin du régime monothéiste en Agite. Ce n'est pas pour autant la fin du dieu unique. Les Egyptiens d'Akhet-Aton expulsés en Canaan, province située à dix jours de marche de la vallée du Nil, ne s'appelaient pas les Hébreux, mais les Yahouds (adorateurs de pharaon), qui fondèrent plus tard le royaume de Yahouda (la Judée). Ces faits sont confirmés, car Messod et Roger Sabbah ont bien retrouvé les lettres de l'alphabet hébraïque sous forme de hiéroglyphes. A partir de cette comparaison, ils ont décrypté la Genèse, qui reproduit trait pour trait la cosmogonie égyptienne.

Si l'on s'en tient à cette manière de déchiffrer la Bible, les noms d'Abraham, de Sarah, d'Isaac, de Rébecca, de Jacob, d'Israël, de Laban..., dissimulent des noms et des titres royaux égyptiens bien précis. Ainsi, Joseph est l'image parfaite du pharaon Aï tel que le décrivent les égyptologues.

Si l'on regarde attentivement l'épisode de la sortie d'Egypte à partir de ces données, elle se déroule en plusieurs phases :
- Exode d'Akhet-Aton, ordonné par Aï, avec le fameux passage de la mer des Roseaux qui est en fait une image traditionnelle de la mythologie égyptienne, représentant l'océan primordial séparé en deux par pharaon.
- Les quarante années dans le désert s'intercalent exactement entre les deux campagnes militaires de Toutankhamon et de Séthy 1er.
- Après ces quarante ans, l'expédition militaire de Josué devient celle du pharaon Séthy Ier, confirmée par les égyptologues.

Dorénavant, grâce à Messod et Roger Sabbah, la Bible permet d'identifier Aaron au pharaon Horemheb.

De la même manière, Moïse est en réalité le général égyptien Mosé (Ra-Messou), qui deviendra Ramsès Ier. Les auteurs des Secrets de l'Exode prouvent ainsi que Josué, "serviteur de Moïse", est en fait son fils premier-né.

Alors, quel était le véritable nom biblique d'Akhenaton ? L'énigme est enfin résolue. Le pharaon monothéiste n'est personne d'autre qu'Abraham, qui vécut vers 1358 av. J.-C. Jusqu'à présent, on situait, sans preuve, l'existence d'Abraham vers 1900 av. J.-C.

Le récit biblique respecte non seulement l'ordre chronologique des faits qui ont marqué l'existence du pharaon, mais encore traduit sa vie et son action en parfait accord avec l'égyptologie : Dieu parle à Abraham = Dieu parle à Akhenaton ; le sacrifice d'Abraham = le sacrifice d'Akhenaton ; la rupture d'Abraham avec le polythéisme paternel = la rupture d'Akhenaton avec le polythéisme paternel ; la beauté de Sarah, de Rébecca, de Rachel = la beauté de Néfertiti ; Abraham brise les idoles de son père = Akhenaton brise les idoles de son père ; la séparation religieuse et politique entre Jacob et Laban = la séparation religieuse et politique entre Akhenaton et son père, Aménophis III ; les intrigues entre les épouses d'Abraham = les intrigues entre les épouses d'Akhenaton ; Sarah et Agar = Néfertiti et Kyia.

Les travaux de Messod et Roger Sabbah montrent que grâce à la Bible, la quintessence de la sagesse égyptienne est parvenue jusqu'à nous, portée par la tradition orale de ces égyptiens qui se firent appeler les Hébreux.


(1) "Les secrets de l'Exode" Messod et Roger Sabbah (Paris : Jean-Cyrille Godefroy ; 2000)


PETIT LIVRE ÉTROITEMENT LIÉ


CORRESPONDANCES ET DATES
avec hypothèse de Sigismond sur Caïn et Abel


PHARAONS           NOMS               ANNEES BIBLIQUES

Aménophis III       Laban                     1384-1346
Aménophis IV       Abraham-Adam     1358-1340
Semenkharé           Abel                       1342-1340
Toutankhamon      Caïn                       1342-1340  
Aï                          Joseph                    1331-1326
Horemheb            Aaron                     1326-1299
Ramsès 1er          Moïse                     1299-1297
Sethy 1er             Josué                      1297-1283
Ramsès II                                           1283-1212


CORRESPONDANCES DES ALPHABETS
(forme identique des lettres)
Lettre hébraïque            Hiéroglyphe
beth                                "dans"
daleth                              dieu
zaïn                           sceptre de Ptah
thet                          Ibis sacré "Thot"
lamed                         cobra royal
(bandeau de pharaon)


CORRESPONDANCE DES TEXTES

BIBLE

Josué accompagne les enfants d'Israël dans le désert, selon les ordres de Moïse.

HIEROGLYPHES
Séthy Ier : "J'ai accompagné pour lui (Ramsès Ier) les dissidents dans les contrées désertiques."