mercredi 4 janvier 2017

The strategy against sexual mutilation: neither sexism nor repression but education and damages


I Banning feminist and masculinist sexism

"Hate cannot drive out hate, only love can do that." Martin Luther King junior

Sexist, gendered fighting against sexual mutilation is contrary to all ethics, and, therefore, not very efficient.
Male violence against women does not justify the man-hating feminism denounced by Emma Watson in the assembly of the United Nations. That feminism pretends to fight excision whilst ignoring circumcision but making jealous ones in the nursery is inadmissible.
So, sexist feminists lock themselves up into a language formalism that systematically insist on "feminine sexual mutilation" there where "sexual mutilation" must be said. Similarly, they refuse to admit the ethnical term "circumcision" because it would recall too much the masculine mutilation. But, in Africa, "circumcision" means "purification", which is the common meaning of sexual mutilation.
Against that sexism, Dr Adrienne Carmack wrote an article entitled: "Female genital mutilation," "circumcision", "gender-conforming surgery": why the double standard?"[1], and the ethicist Brian Earp: "Female genital mutilation (FGM) and male circumcision: should there be a separate ethical discourse?"[2].
            The most convincing proof of the necessary complementarity of the fights against excision and circumcision has been given in Sierra Leone where the pro-excision collective madness backed itself on the fact that the WHO does not ban circumcision. A fanatic of Bondo affirms: "Type I (removal of foreskin only) is anatomically equivalent to male circumcision and, like male circumcision, should not require consent."[3]


II Questioning legal repression

"We must understand that they believe they are doing right by (circumcising) their daughters. They do this out of love not cruelty." Edna Adan, Somalia's ex-first lady[4]

Putting excisers in jail is as if, abolishing the death penalty, the executioner was put in jail.

The law is inefficient against sexual mutilation; hundreds of thousands of Jews died for circumcision.

"The solution of repression, proposed by the (Egyptian) state, led some people to practise excision secretly." Aliaa Shams

The current position of international organizations (World health organisation, Unicef, High commissioner for refugees and United Nations human rights commission), about sexual mutilation is to invite to its punishment (resolution 1247, item 3: http://assembly.coe.int/nw/xml/XRef/Xref-XML2HTML-EN.asp?fileid=16914&lang=en).

But repression is inefficient
- The great motivation of feminine and masculine sexual mutilation is exactly the same: submitting the individual, taken at an age when they are particularly vulnerable, by the trauma of the definitive carving of repression of pleasure upon the body, and of the terror inspired by a threat of castration and death rendered present for life. Therefore, getting whole populations that practise circumcision daily to admit that excision is a crime is unthinkable.
- So, in United Kingdom hospitals, not to speak of Egypt or Sudan, near five hundred of cases of excision are discovered each month[5] without giving rise to a single conviction. Albeit, from her legal maturity on, an excised woman has 20 years to denounce the crime, none of them ever denounces her parents to the authorities; they would be thrown into prison and she would exclude herself from her community.

And above all, the justice system applies the law in a discriminatory way:
- on the one hand, sexual mutilation must be considered both as a societal and trans-generational Stockholm syndrome (cf. " Sexual mutilation, an aggravated-because collective Stockholm syndrome") and, still more seriously, as a collective and transgenerational Münchhausen syndrome by proxy (cf. " Sexual mutilation, a transgenerational and collective Münchhausen syndrome by proxy"). Those fearsome psychiatric conditions were those of the worshippers of Cybele and of the Skoptzis, who practised total castration. Today, they still strike the Hidjas of India. Their victims/perpetrators must very obviously be considered irresponsible. So, article 122-2 of the Criminal Code must be applied:

"The person who has acted under the influence of a strength or a constraint which they could not withstand is not criminally responsible."

- on the other hand, sexual mutilation is performed without any intent to harm and article 121-3 of the Criminal code applies:

"There is no crime or misdemeanour without the intent to commit it."

But through considering cultural tradition as a mere mitigating circumstance, the justice of Western inspiration system assumes with arrogance that thousand-year-old cultural customs would be performed with malicious intent. That hypocritical pretext for clearing one's conscience does not allow violating the criminal law through circumventing the two major principles here above mentioned. It conceals discrimination; putting mutilators in jail is culturalo-centrism, a racism of "Uncle Tom's cabin". Superbly despising primitive cultures, that patronizing, and even racist culturalo-centrism is inadmissible. No one would think of blaming Muslim or Jewish parents for having the intention of harming their boys by circumcision. Pronouncing a different judgement for girls, the justice system is sexist.

The criminal law being inapplicable and counter-productive, the justice system should only condemn to substantial civil damage, as it happened in the decision that temporarily put an end to circumcision in Germany in 2012. That is all the more justified that the cut off clitorises are used to make creams assumed to provide health and wealth that are sold on the black market[6].

However, after having been lectured by civil courts about the discriminatory character of their practice, repeat offenders should be brought before criminal courts under the charge of discrimination against humanity.

The only efficient tool against sexual mutilation is routine screening, which has been adopted by Spain. Without it, the fight will remain wishful thinking. It involves systematic medical school examinations, for all children, from the beginning to the end of university. It will enable the denunciation of trespassers. After a few sentences of damages to the victims, accompanied by wide media coverage, the financial risk will be so high that it will be the end of excision.


III Fighting a double discrimination:

1) Suffered discrimination: the handicaps imposed on minors

Sexual mutilation creates physiological and sexual disabilities. A wild betrayal of the innocence of childhood, it also creates mental disabilities. The Parliamentary assembly of the Council of Europe emphasized the phenomenon in its 1st October 2013 resolution ("Children’s right to physical integrity"), voted by a large majority even before an important consultation of specialists of circumcision occurred in January 2014 (http://assembly.coe.int/nw/xml/News/News-View-EN.asp?newsid=4851&lang=2&cat=):

"The Parliamentary Assembly is particularly worried about a category of violation of the physical integrity of children, which supporters of the procedures tend to present as beneficial to the children themselves despite clear evidence to the contrary. This includes, amongst others, female genital mutilation, the circumcision of young boys for religious reasons,…"

The rapporteur of the assembly answered Israeli criticisms (conflation of excision and circumcision) identical to the leitmotiv of the man-hating feminist denounced by Emma Watson: "We did mention different categories of violation of the physical integrity of children, which we, however, very clearly distinguished and did not mix up in any way.", which clearly means that feminine and masculine sexual mutilation were treated and condemned separately (http://assembly.coe.int/nw/xml/News/News-View-EN.asp?newsid=4692&lang=2&cat=).


Moreover, in France, June 14 2013 in the Sorbonne, the chairperson of the Commission nationale consultative des droits de l’homme declared that she would mention that female and male sexual mutilation is discriminatory in her upcoming report to the President of the republic.

But if, published the same day, her "Discours de la présidente" ("La CNCDH réaffirme son soutien à la lutte contre l’excision") confirmed that "… excision is a discriminatory practice", not only is it at the sole sense of endured discrimination (disabilities), but, also, it no longer mentioned circumcision, as well as the 28 November 2013 "Avis sur les mutilations sexuelles féminines" of the CNCDH. And the latter does not even mention discrimination any more. It seems that the outcry of Muslim and Jewish religious caused by the above-mentioned resolution of the PACE deterred Mrs Lazerges to keep her word. In other words, electoral politics obliging, the religious lay down the law against human rights.

2) Discrimination exercised upon the rest of humanity: an allegedly moral self-discrimination

In writing, Mrs Lazerges limited herself to suffured discrimination. But, since mutilators derive an illusory glory and an arrogant claim of moral superiority from it, there is also exercised discrimination upon the "non-mutilated" of the community or of neighbouring cultures. The surgically imposed discrimination of sexual mutilation closes the group upon itself and generates exclusion, and even mutual xenophobia.


IV Conclusion: the right to sexual pleasure against moral and cultural mutilation

"At night, before bedtime, they all had to masturbate, in order well to know what they were going to lose…" Gérard Zwang, preface to "The drama of excision" by Dore-Miloch L.

"Sexual acts were painful to her because no lubrication was possible." Serenade Chafik about her excised mother

Destroying the specific organs for autosexuality, and especially the feminine erectile organ: the female phallus, sexual mutilation outlaws sexual pleasure and savagely betrays the innocence of childhood.

The 14 June 2013 "Discours de la présidente" and the resolution of the PACE concerned the right to physical integrity: the damages caused by sexual mutilation. They said nothing of the right to sexual pleasure, the denial of which, a powerful means of submission of the individual, is one of the main goals of sexual mutilation; it grants adult status only at the price of seriously undermining pleasure with man (A preliminary poll: 83% of circumcised men ignore little orgasms in series, 88% of intact men enjoy them!) and the most often replacing it by pain with woman.

Sexual mutilation is the expression of a fierce puritanical moral order. It teaches the youth the law of might, violence, and an allegedly moral superiority that is a powerful factor of discrimination and exclusion. Taking action against sexual mutilation must denounce that discriminatory nature, worse than everyday racism; it is some Gobineau implemented by Mengele, power ten racism. It is high time to defend the child against all violence: humiliations, slaps, smacks, beatings and mutilations. For that, concrete measures must be taken in order to force parents to respect the basic rights of their children: the right to the body and its twin: the right to pleasure.

In that field, male minors have as much right as female minors to the respect for their specific organ for autosexuality. Condemning excision alone is sexist, hypocritical, and all the less efficient that excision only exists in circumcising countries.

Sexual mutilation treats children and adolescents like objects. Paternalistic criminal penalties against excision are an avatar of it; through imprisoning mutilators, they shut communities upon themselves and forbid the solving of the issue. So, defenders of the rights of the child should be aware of the dark side that may remain within themselves, namely the verbal and mental sexual mutilation that represses and disregards autosexuality. That taboo is rampant across the globe, carried on by language itself, since "turbation" refers to "trouble" and "turpitude". So far, that more or less conscious repression has not allowed lawyers to formulate the right to sexual pleasure. It is the deep motivation of the abject, on the part of would-be-mothers, sexist feminism; it claims the right to physical integrity for girls (including a simple prick of the clitoris) without worrying about the destruction of an important erogenous zone for boys.

That is not a reason to discriminate the victims of sexual mutilation who intend to perpetuate it in return; criminal law must repress them only because they discriminate the communities and the human community itself.


RELATED ARTICLE




[1] Carmack A. Female genital mutilation,” “circumcision,” “gender-conforming surgery”: why the double standard? http://adriennecarmack.com/female-genital-mutilation-circumcision-gender-conforming-surgery-why-the-double-standard/
[2] Earp B. Female genital mutilation (FGM) and male circumcision: Should there be a separate ethical dicourse?
https://www.academia.edu/8817976/Female_genital_mutilation_FGM_and_male_circumcision_Should_there_be_a_separate_ethical_discourse
[3] Fuambai Sia Ahmadu. FGM in Sierra Leone - to ban or not to ban: a rejoinder. http://www.thesierraleonetelegraph.com/?p=13572
[4] https://www.theguardian.com/society/2016/dec/12/edna-adan-with-my-army-of-midwives-fewer-girls-will-go-through-fgm?CMP=twt_gu
[5] Brown L. The first ever FGM figures show nearly 6,000 new cases in England. BBC Newsbeat, July 2016. http://www.bbc.co.uk/newsbeat/article/36838870/the-first-ever-fgm-figures-show-nearly-6000-new-cases-in-england
[6] http://www.maliweb.net/sante/mutilations-genitales-feminines-mali-clitoris-dor-occulte-exciseuses-1948932.html

La stratégie contre les mutilations sexuelles, ni sexisme ni répression mais éducation et dommages intérêts


La stratégie contre les mutilations sexuelles :
ni sexisme ni répression mais éducation et dommages intérêts

 
I Bannir le sexisme féministe et masculiniste

"La haine ne peut pas chasser la haine, seul l'amour le peut." Martin Luther King junior

Sexistes, les combats genrés contre les mutilations sexuelles sont contraires à toute éthique, et donc peu efficaces.
Les violences masculines ne justifient pas le féminisme de haine des hommes dénoncé par Emma Watson à l'assemblée des Nations-Unies. Ce féminisme prétend lutter contre l'excision en ignorant la circoncision mais il est inadmissible de faire des jaloux dans les nurseries.
C'est ainsi que les féministes sexistes s'enferment dans un formalisme langagier qui insiste systématiquement sur "mutilations sexuelles féminines" là où il faut dire "mutilations sexuelles". Semblablement, elles refusent d'admettre le terme ethnique "circoncision" parce qu'il rappellerait trop la mutilation masculine. Mais, en Afrique, "circoncision" signifie "purification", ce qui est le sens commun des mutilations sexuelles.
Contre ce sexisme, la docteure Adrienne Carmack a écrit un article intitulé : "Mutilations sexuelles féminines", "circoncision", "chirurgie de conformité du genre" : pourquoi deux poids, deux mesures ?" [1] et l'éthicien Brian Earp : "Mutilations sexuelles féminines et circoncision masculine: devrait-il y avoir un discours éthique séparé ?" [2].
            La preuve la plus convaincante de la nécessaire complémentarité des combats contre l'excision et la circoncision a été donnée au Sierra Leone où la folie collective pro-excision s'est appuyée sur le fait que l'OMS ne condamne pas la circoncision. Une fanatique de Bondo affirme : "L'excision de type I (ablation du seul capuchon) est anatomiquement équivalente à la circoncision masculine et, comme elle, ne doit pas requérir de consentement."[3]


II Questionner la répression légale

"Nous devons comprendre qu'elles croient bien faire en (circoncisant leurs filles. Elles font cela par amour, non par cruauté."[4]
Edna Adan, ex-première dame de Somalie

Mettre en prison les exciseuses, c'est comme si, en abolissant la peine de mort, on mettait le bourreau en prison.

La loi est inefficace contre les mutilations sexuelles ; des centaines de milliers de juifs sont morts pour la circoncision.

"La solution de la répression proposée par l’État (égyptien) a conduit des gens à pratiquer l’excision en cachette." Aliaa Shams

La position actuelle des organisations internationales (Organisation mondiale de la santé, Unicef, Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés et Commission des droits de l’homme de l’ONU) au sujet des mutilations sexuelles, est d'inviter à leur répression (résolution 1247, point 3 : http://assembly.coe.int/nw/xml/XRef/Xref-XML2HTML-FR.asp?fileid=16914&lang=FR).

Mais la répression est inefficace
- La grande motivation des mutilations sexuelles féminines et masculines est exactement la même : soumettre l'individu, pris à l'âge où il est le plus vulnérable, au moyen du traumatisme d'une inscription définitive sur le corps de la répression du plaisir, et de la terreur inspirée par une menace de castration et de mort présentifiée à vie. En conséquence, faire admettre que l’excision est un crime à des populations entières qui pratiquent quotidiennement la circoncision est impensable.
- Aussi, dans les hôpitaux du Royaume Uni pour ne rien dire de l'Egypte ou du Soudan, près de cinq cents cas d'excision sont découverts chaque mois[5] sans donner lieu à une seule condamnation. Bien qu'une excisée ait 20 ans à partir de sa majorité pour le faire, aucune ne dénonce ses parents aux autorités ; ils seraient jetés en prison et elle s'exclurait de sa communauté.

Et surtout, la justice applique la loi de façon discriminatoire :
- d'une part les mutilations sexuelles doivent être considérées à la fois comme un syndrome de Stockholm transgénérationnel et sociétal (cf. " Les mutilations sexuelles, un syndrome de Stockholm aggravé parce que collectif") et, plus grave encore, comme un syndrome de Münchhausen par procuration transgénérationnel et collectif (cf. Les mutilations sexuelles, un syndrome de Münchhausen par procuration, transgénérationnel et collectif). Ces redoutables affections psychiatriques furent celles des adorateurs de Cybèle et des Skoptzys, qui pratiquaient la castration totale. Elles frappent encore aujourd’hui encore les Hidjas de l'Inde. Leurs victimes/auteurs doivent bien évidemment être considérés comme irresponsables et l'article 122-2 du code pénal doit être appliqué:

"N'est pas pénalement responsable la personne qui a agi sous l'empire d'une force ou d'une contrainte à laquelle elle n'a pu résister."

- d'autre part les mutilations sexuelles sont pratiquées sans la moindre intention de nuire et l'article 121-3 du code pénal s'applique :

"Il n'y a point de crime ou de délit sans intention de le commettre."

Mais en considérant les traditions culturelles comme une simple circonstance atténuante, la justice d'inspiration occidentale suppose avec arrogance que des coutumes multimillénaires seraient accomplies avec l'intention de nuire. Ce prétexte de bonne conscience hypocrite ne permet pas de violer la loi pénale en contournant les deux grands principes ci-dessus énoncés. Il dissimule une discrimination ; mettre les mutilateurs en prison est du culturalo-centrisme, un "racisme" de "La case de l’Oncle Tom". Superbement méprisant envers des cultures populaires, ce culturalo-centrisme paternaliste, voire raciste, est inadmissible. Personne ne songerait à reprocher aux parents musulmans ou juifs d'avoir l'intention de nuire à leurs garçons par la circoncision. En se prononçant différemment pour les filles, la justice est sexiste.

La loi pénale étant inapplicable et contre-productive, la justice doit seulement condamner à des dommages et intérêts civils conséquents, comme cela a eu lieu dans la décision qui a temporairement mis fin à la circoncision en Allemagne en 2012. Cela est d'autant plus justifié que les clitoris coupés sont utilisés pour la fabrication de crèmes censés procurer santé et richesse vendues au marché noir[6].

Cependant, après avoir été sermonnés par les tribunaux sur le caractère discriminatoire de leur pratique, les récidivistes devraient être traduits devant les tribunaux pénaux sous l'accusation de discrimination contre l'humanité.

Le seul instrument efficace contre les mutilations sexuelles est le dépistage, adopté par l'Espagne. Sans lui, la lutte ne restera que vœux pieux. Il consiste à systématiser les visites médicales scolaires pour tous les enfants du début à la fin de l'université. Il permettra de dénoncer les contrevenants. Après quelques condamnations à des dommages et intérêts aux victimes accompagnées d'une ample couverture médiatique, le risque financier sera si élevé que ce sera la fin de l'excision.


III Combattre une double discrimination

1) La discrimination subie : les handicaps imposés aux mineurs

Les mutilations sexuelles créent des handicaps physiologiques et sexuels. Trahison sauvage de l'innocence de l'enfance, elles créent aussi des handicaps mentaux. L'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a souligné le phénomène dans sa résolution du 1er octobre 2013 ("Le droit des enfants à l’intégrité physique"), votée à une forte majorité avant même une importante consultation de spécialistes de la circoncision intervenue en janvier 2014 (http://assembly.coe.int/nw/xml/News/News-View-fr.asp?newsid=4851&lang=1) :

"L'Assemblée parlementaire est particulièrement préoccupée par une catégorie de violations de l'intégrité physique des enfants, que les partisans de ces pratiques ont tendance à présenter comme bénéfiques pour les enfants eux-mêmes en dépit d'éléments présentant manifestement la preuve du contraire. Cela comprend, entre autres, la mutilation génitale féminine, la circoncision des jeunes garçons pour des raisons religieuses,..."

La rapporteure de l'assemblée a répondu aux critiques israéliennes (amalgame entre l'excision et la circoncision) identiques au leitmotiv des féministes misandres dénoncées par Emma Watson : "La résolution adoptée… n’établit en aucun cas un "parallèle" ou une "comparaison" entre la circoncision et les mutilations génitales féminines." et : "aucun amalgame n’a été fait" ("We did mention different categories of violation of the physical integrity of children, which we, however, very clearly distinguished and did not mix up in any way."), ce qui signifie clairement que les mutilations sexuelles féminines et masculines ont été traitées et condamnées séparément (http://assembly.coe.int/nw/xml/News/News-View-FR.asp?newsid=4692&lang=1&cat=).


Bien plus, en France, le 14 juin 2013 à la Sorbonne, la présidente de la Commission nationale consultative des droits de l’homme a annoncé qu’elle mentionnerait, dans son prochain rapport au président de la république, que les mutilations sexuelles féminines et masculines sont discriminatoires.

Mais si, publié le même jour, son “Discours de la présidente” (“La CNCDH réaffirme son soutien à la lutte contre l’excision”) a confirmé que "... l’excision est une pratique discriminatoire”, non seulement c'est au seul sens de la discrimination subie (les handicaps) mais encore il n'a plus mentionné la circoncision, de même que l’ "Avis sur les mutilations sexuelles féminines" de la CNCDH du 28 novembre 2013. Et ce dernier ne parle même plus de discrimination. Il semble que le tollé des religieux provoqué par la résolution susmentionnée de l'assemblée du Conseil de l'Europe a dissuadé Madame Lazerges de tenir parole. Autrement dit, politique électorale obligeant, les religieux font la loi contre les droits humains.

2) La discrimination exercée sur le reste de l'humanité : une auto-discrimination prétendue morale

Par écrit, Madame Lazerges s’est limitée à la discrimination subie. Mais, puisque les mutilateurs en tirent une gloire illusoire et une arrogante prétention de supériorité morale, il y a aussi la discrimination exercée sur les "non-mutilés" de la communauté ou des cultures voisines. La discrimination chirurgicalement imposée des mutilations sexuelles referme le groupe sur lui-même et génère exclusion, voire xénophobie réciproques.


IV Conclusion : le droit à la sexualité contre la discrimination morale et culturelle

"Le soir, avant de se coucher, elles devaient toutes se mas…..r, pour bien savoir ce qu’elles allaient perdre,… " Gérard Zwang, préface de "Le drame de l'excision" (Dore-Miloch L.)

"Les actes sexuels lui étaient douloureux, car il n'y avait plus de lubrification possible."
Serenade Chafik parlant de sa mère excisée

Détruisant les organes spécifiques de l'autosexualité, et notamment l’organe érectile de la femme : le phallus féminin, les mutilations sexuelles mettent le plaisir sexuel hors la loi et trahissent sauvagement de l'innocence de l'enfance.

Le discours de Madame Lazerges du 14 juin 2013 et la résolution de l'APCE ont concerné le droit à l’intégrité physique : les dommages provoqués par les mutilations sexuelles. Ils n'ont rien dit du droit au plaisir sexuel dont la négation, un puissant moyen de soumission de l’individu, est un des principaux objectifs des mutilations sexuelles ; elles n'accordent le statut d’adulte qu’au prix de diminuer sérieusement le plaisir chez l’homme (Un sondage préliminaire : 83% des circoncis ignorent les petits orgasmes en série, 88% des intacts en jouissent !), pour le remplacer le plus souvent par la douleur chez la femme.

Les mutilations sexuelles sont l’expression d’un ordre moral puritain féroce. Il enseigne à la jeunesse la raison du plus fort, la violence et une prétendue supériorité morale qui est un puissant facteur de discrimination et d'exclusion. Agir contre les mutilations sexuelles doit dénoncer ce caractère discriminatoire, pire que le racisme ordinaire ; c'est du Gobineau mis en acte par Mengele, du racisme  la puissance dix. Il est grand temps de défendre l'enfant contre toutes violences : humiliations, claques, fessées, coups et mutilations. Pour cela, des mesures concrètes doivent être prises pour imposer aux parents le respect des droits élémentaires de leurs enfants : le droit au corps et son pendant : le droit au plaisir.

Dans ce domaine, les mineurs ont tout autant droit que les mineures au respect de leur organe spécifique de l’autosexualité. Condamner l'excision seule est sexiste, hypocrite et d’autant moins efficace que l’excision n’existe qu’en pays circonciseurs.

Les mutilations sexuelles traitent les enfants et les adolescents comme des objets. Les sanctions pénales paternalistes contre l’excision en sont un avatar ; en emprisonnant les mutilateurs, elles referment les communautés sur elles-mêmes et interdisent la solution du problème. Aussi, les défenseurs des droits de l'enfant doivent prendre conscience de la part d’ombre qui peut demeurer en eux-mêmes, à savoir la mutilation sexuelle verbale et mentale qui réprime et méprise l’autosexualité. Ce tabou sévit sur toute la planète, porté par la langue elle-même puisque "turbation" renvoie à "trouble" et "turpitude". Cette répression plus ou moins consciente n’a pas permis jusqu’ici aux juristes de formuler le droit au plaisir sexuel. Elle est la motivation profonde de l'abject, de la part de mères en puissance, sexisme féministe ; il revendique le droit à l'intégrité physique des filles (y compris la simple piqûre du clitoris) sans se préoccuper de la destruction d'une importante zone érogène chez les garçons.

Ce n'est pas une raison pour discriminer en retour les victimes des mutilations sexuelles qui entendent les perpétuer ; la loi pénale ne doit les réprimer que parce qu'elles discriminent les communautés et la communauté humaine.


ARTICLE LIE




[1] Carmack A. Female genital mutilation,” “circumcision,” “gender-conforming surgery”: why the double standard? http://adriennecarmack.com/female-genital-mutilation-circumcision-gender-conforming-surgery-why-the-double-standard/
[2] Earp B. Female genital mutilation (FGM) and male circumcision: Should there be a separate ethical dicourse?
https://www.academia.edu/8817976/Female_genital_mutilation_FGM_and_male_circumcision_Should_there_be_a_separate_ethical_discourse
[3] Fuambai Sia Ahmadu. FGM in Sierra Leone - to ban or not to ban: a rejoinder. http://www.thesierraleonetelegraph.com/?p=13572
[4] https://www.theguardian.com/society/2016/dec/12/edna-adan-with-my-army-of-midwives-fewer-girls-will-go-through-fgm?CMP=twt_gu
[5] Brown L. The first ever FGM figures show nearly 6,000 new cases in England. BBC Newsbeat, July 2016. http://www.bbc.co.uk/newsbeat/article/36838870/the-first-ever-fgm-figures-show-nearly-6000-new-cases-in-england
[6] http://www.maliweb.net/sante/mutilations-genitales-feminines-mali-clitoris-dor-occulte-exciseuses-1948932.html

Placenta, clitoris, prépuce, même tabac, même combat, merci Dr Leboyer ! (la coupure prématurée du cordon ombilical, un dommage au cerveau responsable de la perte de l'ambilatéralité)



Placenta, clitoris, prépuce, même tabac, même combat, merci Dr Leboyer !(*)
(la coupure prématurée du cordon ombilical,
un dommage au cerveau responsable de la perte de l'ambilatéralité)


"Pour le scientifique, tout ce qui n'est pas démontré comme vrai doit être considéré faux."

"Si nous voulons créer un monde moins violent,
"Où le respect et la gentillesse remplaceront la peur et la haine,
"Nous devons commencer par la façon dont nous nous traitons au début de la vie.
"Car c'est là que nos modèles les plus profonds sont installés,
"De ces racines poussent la peur et l'aliénation – ou l'amour et la confiance."
                                                                                         Suzanne Arms

"La naissance sans violence rassure l'enfant et lui évite la peur." Étienne Herbinet

"Bien naître, bien-être" Danielle Rapoport

"Le bain, c'était merveilleux pour lui." Un papa

"Une naissance extraordinaire, merveilleuse, remarquable, privilégiée…"
120 mamans sur 120

"Ma théorie est que le meilleur moyen de changer le monde est de changer les procé-"dures de la naissance." William Swartley(1)

            Respectant le bébé comme une personne extrêmement sensible et vulnérable, avec des sentiments, émotions et sensations aigus, Frédérick Leboyer(2) a révolutionné les procédures de la naissance par son livre, publié en 1974 : "Naissance sans violence". Sa grande innovation repose sur l'observation que la coupure prématurée du cordon est traumatisante. Adoptée par l'OMS depuis longtemps et, récemment par l'ACOG[1], elle consiste à attendre le clampage naturel (arrêt physiologique des pulsations), sauf faiblesse cardiaque du bébé – ce qui prend de cinq à vingt minutes, quelquefois plusieurs heures – et permet à l'enfant de gagner 80 à 100 grammes de sang riche en aliments essentiels(3). Elle s'accompagne de soins tendres, d'un maximum de douceur et d'un environnement calme et paisible : pas de téléphone, voix basses, pénombre (il est nécessaire de disposer un spot lumineux sur la vulve de la maman pour pouvoir s'apercevoir d'une éventuelle hémorragie), s'abstenir de tirer sur la tête du bébé, pas de suspension par les pieds ni de claque sur les fesses en guise d'accueil mais un petit repos sur le ventre de la mère(*), mise à la tétée presque immédiate, jamais de séparation entre la mère et l'enfant (adopté par l'OMS) même pour un petit bain relaxant (sans lavage) qui viendra en son temps, massage et caresses à satiété, des heures de contact peau à peau (adopté par l'OMS), tout cela pour prévenir la souffrance du bébé.



            Odent(4) met l'accent sur les moments de bonheur intense de la première rencontre entre l'enfant et ses parents, programmés par la nature sous l'influence de l'hormone de l'attachement (oxytocine). Il insiste sur la nécessité de les laisser se découvrir tranquillement et dénonce implicitement l'intrusion, dans cette fête de famille, de gynécologues pressés d'en finir. C'est comme si une équipe médicale venait faire passer les examens prénuptiaux au milieu du mariage. Sans aller jusqu'à la naissance Lotus dans laquelle le cordon tombe tout seul par dessiccation au bout de quelques jours, il préconise de ne le trancher que lorsqu'il est devenu sec et dur. Nous allons voir qu'il a alors rempli sa fonction d'oxygénation et de nourrissage du bébé en aliments essentiels. Il souligne également la fonction immunitaire de l'irremplaçable colostrum – le lait maternel des trois premiers jours ; c'est le premier aliment que doit recevoir l'enfant.
            Résultat, les pleurs sont peu abondants, les "bébés-Leboyer" ne sont ni violents ni déprimés mais paisibles, gais et énergiques, ils sourient et portent leur tête dès le premier jour, ce qui était rare auparavant(5). Une enquête sur 120 naissances(6) a révélé qu'ils sont en grande majorité ambilatéraux (ambidextres). Elle a aussi révélé davantage d'indépendance et d'autonomie, habileté manuelle précoce, un développement un peu plus rapide (marche à 13 mois au lieu de 14-15, propreté et autonomie alimentaire et vestimentaire dès 2-3 ans) et surtout des "enfants sans problèmes" (Michel Odent) : pas de troubles de l'alimentation et du sommeil dans 97% des cas, moins de perturbations psychosomatiques (cris paroxystiques, coliques des trois premiers mois) et une remarquable absence de demandes de conseil chez 95% des mamans. Environ dix ans plus tard, une autre observation(7, citée par (1) et [2]), portant sur 126 bébés, a révélé 100% d'ambilatéraux, des QI étonnamment élevés, une grande facilité dans l'acquisition des langues étrangères et l'absence de la plupart des maladies infantiles. A la différence de ce qui se passe dans la naissance conventionnelle, l'absence de crainte des nouvelles expériences est significative et rappelle que les enfants circoncis sont plus sensibles à la douleur. La dernière étude[3] a réalisé des tests psychologiques sur 263 enfants de quatre ans. Elle a trouvé une motricité et une sociabilité meilleures chez ceux qui ont bénéficié d'une coupure différée (plus de trois minutes) par rapport à ceux qui ont subi la coupure prématurée.

            Le succès médiatique de "Naissance sans violence" a pourtant déclenché une controverse aussi acerbe qu'internationale(8). Las de ces mises en cause et du manque de moyens mis à sa disposition, Leboyer donna sa démission de chef de service d'un hôpital parisien(9) pour se consacrer à l'écriture. Si la carence des vocations en gynécologie est aujourd'hui inquiétante, "Naissance sans violence" est régulièrement réédité dans le monde entier et plusieurs maternités ont "institutionnalisé sa démarche sans rien sacrifier aux exigences médicales"(6). Cependant, certaines de ces dernières peuvent être évitées ou réduites pour les enfants en bonne santé. Et surtout, elles peuvent être différées.
            Les chercheurs suédois ont fait taire les critiques les plus virulentes. Menée sur 400 naissances, une première étude(10) a montré que l'accueil Leboyer est sans conséquence sur la mortalité infantile. Une seconde(11) a vérifié que l'attachement se réalise mieux si l'enfant peut rester sur la mère pendant les deux premières heures. D'autres ont découvert que puisque le bébé est immunisé contre la flore maternelle, le faire strictement cohabiter avec la mère le protège contre les infections par remontée urétrale(12), grand prétexte, puisque les antibiotiques suffisent largement, des médecins américains partisans de l'inacceptable circoncision.
            Invoqué par les opposants, le risque de jaunisse dû à un excès de globules rouges n'est pas confirmé(13), (14), (15) ou peut être évité en laissant le placenta au même niveau que le bébé. Le respect du clampage naturel permet d'éviter le tétanos infantile(16). Du côté de la mère, attendre l'évacuation du sang placentaire diminue le risque d'hémorragie post-partum et facilite l'expulsion du placenta(17).

            Pourtant, bien que recommandé par l'OMS, le clampage naturel n'est toujours pas universellement adopté et nul n'est prophète en son pays ; en France, 10% seulement des maternités le pratiquent contre 83% au Danemark(18). Leboyer a beaucoup de succès à l'étranger – notamment dans les pays anglo-saxons – où sages-femmes, médecins et chercheurs ont apporté un fleuve au bien-fondé de la technique millénaire rapportée du pays de Gandhi par le yogi gynécologue. Et un fort courant(19), (20), (21), dont une étude méta-analytique(22) portant sur 1.912 naissances dans 15 enquêtes contrôlées, un bilan(23) et plusieurs éditoriaux(24, 25), se dessine pour affirmer : "c'est le clampage précoce qui demande justification"(14). Un observateur affirme même qu'il devrait nécessiter le consentement parental. L'éditeur d'Archives of disease in childhood remarque que seule l'absence d'étude des effets à long terme ne l'a pas rendu routinier. Mais a-t-on fait de telles études lorsqu'on a adopté le clampage immédiat ? La mise en œuvre générale d'une technique qui semble contraire aux processus naturels fut délibérément antiscientifique.
            Une première enquête sur le rythme cardiaque (26) conclut à un retour à la normale plus rapide avec le clampage naturel. Une deuxième, menée sur 30 bébés, affirme : "Ces résultats laissent penser que l'accouchement Leboyer est associé à un accroissement temporaire de la résistance pulmonaire et systémique alors que les fonctions ventriculaires droite et gauche ne sont pas affectées"(27).
            Ensuite, il a été observé qu'avant la naissance, la mère délivre à l'enfant un important bol de sang (jusqu'à un tiers du volume sanguin total) qui s'emmagasine dans le placenta(3), (24), (28), (29), (30), (31), (32), (33), (34), (35), (36), (37), (38). Ce viatique est transfusé juste après la naissance(3) par la pression des contractions qui continuent. Il a trois fonctions : apporter de l'oxygène, fonction mécanique, apporter des aliments.
            Leboyer et Odent n'ont pas souligné le fait qu'après la naissance, le placenta reste suffisamment longtemps dans la matrice pour apporter l'oxygène nécessaire à l'effort du démarrage de la respiration. Le placenta permet ainsi d'éviter la brève asphyxie provoquée par le clampage précoce. Lind(3) rapporte justement que la respiration intervient 3 secondes plus tard avec le clampage naturel. Le clampage précoce augmente les risques d'anoxie, et le recours à la transfusion(55), (56) et à la réanimation(32). Priver un adulte de seulement un tiers de son volume sanguin le mettrait en état de choc. Seule une croyance aveugle peut contrer l'évidence que le passage à la respiration par une interruption brutale, même brève, de l'alimentation en oxygène, est une méthode de coercition barbare, qui ressemble à la torture par l'eau, avec pour conséquence un traumatisme psychologique. Nous verrons plus loin comment ce traumatisme cause la perte de l'ambilatéralité. Cette perte en est la preuve la plus voyante mais plusieurs observateurs estiment que l'altération du cerveau par insuffisance temporaire d'irrigation est une cause d'autisme (1,5% des enfants aux USA). Ce dernier est en effet inconnu des Amish et des Somalis qui attendent la sortie du placenta avant de couper le cordon. Restant quelques minutes à l'intérieur de la mère, le placenta assure à l'enfant la meilleure oxygénation possible. En conséquence, même en cas d'hémorragie maternelle, il ne faut jamais clamper avant l'établissement d'une respiration régulière.
            Cet afflux a aussi une fonction mécanique d'irrigation des organes qui n'ont encore jamais fonctionné (reins, foie etc.), sans privation des autres organes avec risque d'hypovolémie et hypotension, et de dilatation des poumons. L'augmentation de volume et de pression(39) sanguins permet au cœur du bébé d'emplir les alvéoles pulmonaires, les mettant en condition pour leur tâche prochaine.
            Il est enfin fortement chargé en cellules souches, globules rouges, glucose et surtout fer, en quantité et qualité telles que le sang placentaire d'un bébé de la même famille a été utilisé dans le traitement de l'anémie. En priver l'enfant à un moment décisif de son existence, notamment dans les pays sous-développés où la moitié des enfants sont anémiques à l'âge de un an, paraît délibérément antiscientifique. Mais cela n'est pas seulement vrai dans les pays sous-développés ; même une faible déficience en fer ou une légère anémie dans l'enfance peuvent entraîner des déficits cognitifs. Plusieurs enquêtes(38), (40), (41), (42), (43), (44), (45), dont une(14) menée jusqu'à l'âge de 6 mois sur 358 naissances, ont montré que le clampage naturel diminue fortement le risque d'anémie ; les taux de fer, ferritine, hématocrite(37) et hémoglobine globulaire(35), (46), (47), (48), et enfin le taux de glucose(14), (49), (50), (51) sont notablement augmentés. Cela est tout particulièrement important pour les enfants menacés soit par leur faible poids, soit parce que la mère a un bas taux de ferritine, soit parce qu'ils n'ont pas les moyens de recevoir de supplément alimentaire en fer.
            Le sang placentaire contient également les hormones de l'amour et de l'attachement (oxytocine), favorisant les premiers échanges entre la mère et l'enfant.
            Ultee conclut ainsi son étude(14) sur 37 bébés prématurés : "Le clampage immédiat du cordon ombilical devrait être découragé." et : "Le clampage différé ne semble pas avoir d'effets néfastes." Reynolds(52) note également l'absence d'effets pervers. Par contre, le clampage précoce augmente les risques d'hypotension(30), hémorragie intraventriculaire(35), (53), (54) (tout particulièrement chez les prématurés(29)).
            Le placenta semble un cadeau de la mère, un panier à provisions qui prouve au bébé qu'il n'est pas abandonné sans ressources, presque un premier objet transitionnel. Il est ainsi démontré que la nature a prévu pour la naissance un système complexe, extrêmement perfectionné. L'ingérence d'hommes pressés dans ses plans manque pour le moins de pertinence. Le placenta est un système d'alimentation et d'excrétion par échanges plasmatiques avec la matrice. Il est irrigué par deux artères pulsées par le cœur du bébé, non par celui de la maman, et une veine fait retour au bébé. Il n'est pas évacué en même temps que l'enfant de façon à mieux approvisionner le bébé en ultimes ressources nécessaires aux premiers moments. La nature semble avoir programmé l'arrêt des pulsations lorsque le contenu du placenta est épuisé. Le jeter avant l'accomplissement de ses fonctions est tout bonnement insensé. Le placenta est extérieur au corps du bébé mais il en fait partie. C'est la propriété du bébé, seule la nature a le droit de l'en séparer. Aussi, la coupure prématurée du cordon est un abus de l'enfant.


La perte de l'ambilatéralité, un dommage au cerveau
provoqué par la coupure prématurée du cordon

            Après ce bilan, venons-en à l'apport inédit de ce travail : tenter de répondre à la question posée par Rapoport(6) : "… l'ambidextrie… est importante, sans que nous puissions savoir quelle est sa signification." Certains médecins qualifient d'anti-scientifique la réalité complexe de l'ambilatéralité(57) sans prendre garde que les observations déjà faites suffisent – qui peut le plus peut le moins – pour aller de l'avant sans s'attarder à la diversité des constats en la matière. Un pareil rejet relève d'un aveuglement qui, de la part de latéralisés, semble l'expression d'une jalousie inavouée. Car les ambilatéraux font des prouesses dans les sports, en particulier le tennis et les sports de combat. Il est anti-scientifique de s'opposer à un progrès évident au nom d'une ignorance sur l'étendue exacte de ce progrès. Nous avons vu que naître dans la douceur a des répercussions psychologiques positives à long-terme. Qualité appréciée, l'ambilatéralité des bébés Leboyer montre qu'on ne détruit pas un organe en plein fonctionnement sans traumatiser durablement le cerveau, car seule l'hypothèse traumatique permet d'expliquer cette perte. Quel est donc le mécanisme de ce traumatisme ?
            Éthologie et psychologie élémentaire donnent à penser que la latéralisation, normalement conséquence de l'apprentissage, résulte d'une inhibition pathologique.
            Premier fait : la latéralisation est également répartie chez les singes – qui laissent le cordon intact – tandis que les droitiers sont en majorité chez l'homme.
Deuxième fait, la soumission (droitiers) à l'autorité adulte est absurde ; elle n'est pas le fait de la confiance mais de l'aveuglement provoqué par la terreur inconsciente résultant du choc provoqué par l'arrêt brutal de l'alimentation placentaire en oxygène avant son extinction naturelle, graduelle et paisible. Une pareille terreur enseigne nécessairement la "raison du plus fort". Pendant quelques instants, la nature a prévu un double système d'approvisionnement en oxygène et nourriture. Tant que le cordon bat, le placenta permet une adaptation progressive, une transition en douceur entre les deux systèmes. Dans la nature, en l'absence de hâte médicale, la mère n'a aucune raison de couper le cordon qui se dessèche et tombe de lui-même au bout de quelques jours. Si la coupure intervient avant terme, elle ne prive pas seulement l'enfant d'aliments naturels ; elle interfère brutalement dans la gestion de son corps par le bébé. Il est contraint de prendre sa première respiration sous l'effet d'une violence brutale. Provoquant douleur et angoisse aigue, la coupure est ressentie comme une mutilation cruelle. Intimement terrorisé, à vie, par les adultes incluant la mère, l'enfant aura tendance à se conformer à la norme et à se soumettre aveuglément à l'autorité. Ce sont les ambilatéraux qui sont normaux. Le concept même d'ambidextrie est symptomatique de la compulsion de domination des névrosés obsessionnels qui l'ont inventé.
            Ces deux faits donnent à penser que cette majorité est un phénomène culturel (le concept d'ambidextérité en est une bonne illustration) ; domination et intimidation ont contrecarré l'équilibre statistique naturel. Il n'y a aucune raison que la main droite soit la plus forte. Les droitiers sont devenus les plus nombreux parce que les professeurs ont imposé l'usage de la main droite pour l'écriture et que les militaires ont renforcé le phénomène. L'humanité est droitière parce que la société humaine est une société dominatrice. Selon nous, la latéralisation serait un phénomène psycho-sociologique et non la conséquence de la domination de l'un ou l'autre côté du cerveau, selon l'explication neurologique de Janov(5). Premier traumatisme, la coupure prématurée crée la névrose universelle, son conformisme et son cortège d'inhibitions. La coupure prématurée du cordon fait ainsi partie des techniques de conditionnement éducatif destinées à briser la volonté de l'enfant.
            Consciemment ou non chez les assistants à la naissance (infirmières, sages-femmes, gynécologues), il s'agit d'appropriation individuelle ou collective du bébé dans un désir compulsif de jouir de l'enfant. Tous les prétextes sont bons pour arracher le bébé aux bras de la maman et l'avoir à soi un moment : "Et maintenant, à la pesée !" et la balance est dans une autre pièce, ou encore, la mère a un rhume et l'enfant doit absolument être mis dans la nursery, au risque d'infections nosocomiales contre lesquelles le bébé n'est pas immunisé. Dans le clampage précoce, le mécanisme de cette appropriation est celui de la pensée fétichiste, infantile ou primitive, qui, selon la psychanalyse, assimile la partie au tout. Il est exploité par les manipulateurs vaudous ; pour asservir leurs crédules victimes et les forcer à la prostitution (en l'absence des mutilations sexuelles abolies par les esclavagistes), ils leur volent une mèche de cheveux. Le clampage précoce et les soins médicaux obsessionnels sont une mise au goût du jour des rituels de séparation des primitifs qui asservissent l'individu à la tribu. Ils sont aussi un moyen pour les équipes médicales d'échapper à l'angoisse de l'accouchement. C'est l'enfant qui fait les frais de cet anxiolytique.


            Leboyer a aussi condamné l'excision et la circoncision(58). Ce qui est vrai pour le placenta l'est a fortiori pour les organes spécifiques de la manusexualité, très riches en terminaisons nerveuses érogènes et tactiles. Invasives et destructrices, ces excisions provoquent un traumatisme au moins aussi grave que la coupure prématurée du cordon. La même cause, la violence, produit le même effet : une soumission profonde et la répétition transgénérationnelle du crime absurde. Tous ne paraitront pas nécessairement traumatisés, une minorité le sera gravement. Il y a probablement un lien de cause à effet entre la circoncision, l'antijuifisme qu'elle provoque, et la mutation génétique induisant une probablité élevée au cancer du sein et de la prostate chez une grande majorité de juifs ashkénazes.
            La soumission est amplifiée par la rupture traumatique de l'attachement bébé-maman, d'une réciprocité dramatique lorsque la mère, ne retrouvant plus les merveilleux sourires initiaux, "ne reconnaît plus" son enfant et, au pire, le maltraite(8). Comme douloureusement expérimenté par Romberg-Weiner(59), il est dommage d'avoir un accouchement Leboyer si c'est pour circoncire l'enfant ensuite. Semblablement, il n'y pas de naissance douce avec coupure prématurée du cordon. Leboyer s'oppose à ces comportements tyranniques. Son message peut être ainsi résumé : "Laissez le bébé, son placenta et la maman tranquilles."
            Provoqué par la coupure prématurée, le symptôme de la latéralisation apporte une illustration limpide de la théorie freudienne que la mutilation prétendue symbolique est une technique de soumission. Les traumatismes de la coupure prématurée du cordon ombilical et des mutilations sexuelles sont similaires. Cette similitude souligne que les coupures sociétales de routine sur les jeunes générations, qu'elles soient rituelles ou médicales, séparent dramatiquement l'enfant de la mère. La conséquence, et parfois même le but avoué de ces violences terroristes est de les soumettre à une société despotique.


Conclusion

            Au cours de l'histoire, le patriarcat a multiplié les instruments de violence destinés à briser le lien mère-enfant. Les mutilations sexuelles sont le pire mais la perte de l'ambilatéralité montre que la coupure prématurée du cordon est aussi très dommageable.
            A rupture du lien mère-enfant est une des grandes sources de la criminalité et des maladies mentales individuelles ou collectives. Corrélant les techniques d'accouchement aux conduites adultes : "les procédures obstétriques devraient être soigneusement évaluées et si possible modifiées pour prévenir d'éventuels comportements suicidaires.", plusieurs enquêtes sur le suicide(60, 61, 62, 63) confortent les découvertes de Leboyer. Il en va de même de la criminalité(64, 65, 66, 67). Commises à l'âge où la vulnérabilité est la plus grande, les violences précoces sont les pires excès d'adultes qui reproduisent lamentablement, et parfois aggravent, ce qu'ils ont eux-mêmes subi. Ce cycle infernal doit être brisé.
            Dénoncée par Benjamin Franklin voici plusieurs siècles, la coupure prématurée du cordon remonte à l'époque où la médecine pratiquait la saignée. Elle est le premier acte de violence des adultes contre l'enfant qu'elle met "sous terreur" (Alice Miller). Compte tenu de la multiplicité des techniques chirurgicales délibérément utilisées dans l'histoire dans le but de soumettre l'enfant : excision, circoncision, amygdalectomie, tonsillectomie, scarifications, etc., on peut se demander si un machiavélisme médical n'aurait pas prémédité la coupure précoce du cordon dans le même but. Un mouvement en sens inverse se dessine mais les exemples de Copernic, Galilée, Freud… etc., ont montré qu'on ne refait pas facilement le monde. La médecine est un univers où le meilleur côtoie le pire : dogmes figés, chapelles, incompétences, arrogances et préjugés, aux mains de mandarins tout puissants et d'où, en conséquence, l'erreur n'est pas absente. Il lui a fallu un demi-siècle pour accepter la découverte de l'hygiène (Semmelweiss) qui a permis une forte diminution de la mortalité post-natale. Pour la naissance en douceur, voilà plus de trente cinq ans que jalousie féroce, orgueil imbécile et bêtise aveugle ignorent une des plus précieuses observations médicales de tous les temps. Si, après les vives résistances décrites par Rapoport(6), (8), la profession s'est emparée de la plupart des recettes de Leboyer, la principale demeure critiquée et peu suivie et malgré l'exceptionnel intérêt de son apport à l'humanité, il n'a pas eu le prix Nobel. Cependant, la coupure prématurée du cordon traumatise le cerveau et prive la vie naissante d'aliments essentiels. La non-violence est parvenue à chasser les anglais de l'Inde. Aura-t-elle raison de l'ordre médical castrateur, occidental et judéo-chrétien, dont les accusations d'anti-scientificité semblent tout bonnement calomnieuses envers le multimillénaire savoir empirique de l'Inde ? Confrontée au savoir psychanalytique et comme développé par Rapoport(6), cette approche de la naissance permet d'affirmer que, si tout se passe bien par ailleurs, le seul traumatisme de la naissance, générateur de névrose universelle, est celui de la coupure prématurée du cordon ombilical. Rappelons que la découverte de Leboyer trouve son origine dans son revécu, pendant sa psychanalyse personnelle, du traumatisme de sa propre coupure prématurée. L'auteur de ces lignes a aussi pu éprouver le ressouvenir de l'infernale expérience d'une torture menaçant la vie, précédée par une naissance dans une douce jouissance. Ceux qui n'ont pas fait cette expérience sont mal fondés pour douter.
            La révolution Leboyer est une chance pour la planète de sortir de l'impasse mortifère où l'a engouffrée le productivisme obsessionnel. Libérer la jeunesse de la violence des adultes lui permettra de solutionner les problèmes de demain par l'imagination et la douceur plutôt que par l'équilibre de la terreur et ses exterminations récurrentes.


Sigismond (Michel Hervé Bertaux-Navoiseau) – oldsigismund@hotmail.com
Chercheur indépendant en psychanalyse, ancien élève du Département psychanalyse de l'Université de Paris VIII, auteur de "Les mutilations sexuelles féminines et masculines, le plus grand crime contre l'humanité" (livre et article disponibles gratuitement sur le site academia.edu)



ARTICLE LIE :
Mutilations sexuelles et ordre moral (problématique et concepts de base de la lutte contre les mutilations sexuelles) (l'avant-propos de mon livre contre les mutilations sexuelles à cette adresse :




(*) Un lien vers cet article a été donné dans une "réponse rapide" du 17 novembre 2010 publiée par le British medical journal.
http://www.bmj.com/rapid-response/2011/11/03/answer-they-are-not-aware-dr-leboyers-findings
(1) Swartley W. Self and society, the primal issue. Interview by Rowan J. Brit J June 1977.
http://primal-page.com/rowan4.htm
(2) Naissance sans violence. Paris : Seuil ; 1974.
(*) Il est souhaitable que la mère, ou le père au cas où elle ne peut le faire, soit la première personne à porter le bébé et le place elle-même sur son ventre.
(3) Lind J. Physiological adaptation to the placental transfusion: the eleventh blackader lecture. Can Med Assoc J. 1965 ; 93 : 1091 –1100.
(4) Odent M. The First Hour Following Birth: Don’t Wake the Mother! Midwifery Today, 61.
(5) Birth without violence: an evening with Doctor Leboyer. J primal therapy. 1975, II (4), 289-300.
(6) Rapoport D. Bulletin psycho 1976, XXIX, 322 : 552-560.
(7) Cité par Romberg-Weiner in Circumcision, the painful dillemma.
https://circumcisionthepainfuldilemma.wordpress.com/table-of-contents/chapter17/17-b/
(8) Rapoport D. La bien-traitance envers l'enfant : des racines et des ailes. Paris : Belin. p. 34-40.
(9) http://www.holistika.net/parto_natural/parto_fisiologico/entrevista_con_el_dr._frederick_leboyer.asp
(10) Wessel S. Van Geffel R. Trente mois d'expérience de la "naissance sans violence", Enfants 1977, (4), 297-312.
(11) Larsson K. Université de Goteborg.
(12) Winberg J., Bollgren I., Gothefors L., Herthelius M., Tullus K. The prepuce : a mistake of nature ? Lancet 1989 ; i : 598-9. http///www.cirp.org/library/disease/UTI/winberg-bollgren
(13) Saigal S. Usher R. Symptomatic neonatal plethora. Biol neonate 1977 (32) : 62-72.
(14) Ultee C. Van der Deure J., Swart J., Lasham C., Van Baar A. Delayed cord clamping in preterm infants delivered at 34-36 weeks gestation : a randomised controlled trial. Arch dis child fetal neonatal ed 2008 (93) : F20-23.
(15) Chaparro C., Neufeld L., Tena Alavez G., Eguia-Líz Cedillo R., Dewey K. Effect of timing of umbilical cord clamping on iron status in Mexican infants : a randomised controlled trial. Lancet 2006, 367 (9527) : 1956-58.
(16) Odent M. Neonatal tetanus. The Lancet 2008; 371:385-386 DOI:10.1016/S0140-6736(08)60198-1.
(17) Walsh, S. (1968, May 11). Maternal effects of early and late clamping of the umbilical cord. The Lancet : 997.
(18) Winter C., Macfarlane A., Deneux-Tharaux C., Zhang W.-H., Alexander S., Brocklehurst P. et al. Variations in policies for management of the third stage of labour and the immediate management of postpartum haemorrhage in Europe. BJOG 2007;114:845-54.
(19) Levy T, Blickstein I. Timing of cord clamping revisited. J Perinat Med 2006;34(4):293-7.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16856818?itool=EntrezSystem2.PEntrez.Pubmed.Pubmed_ResultsPanel.Pubmed_RVDocSum&ordinalpos=2

(20) Fogelson N. Delayed cord clamping should be standard practice in obstetrics. 2009.

(21) Hutchon D. Why do obstetricians and midwives still rush to clamp the cord? BMJ 2010; 341:c5447.

http://www.bmj.com/content/341/bmj.c5447.full
(22) Hutton E., Hassan E. Late versus early clamping of the umbilical cord in full-term neonates: Systematic review and meta-analysis of controlled trials. Journal of the American Medical Association 2007;297(11), 1241–1252.
(23) Mercer J. Current best evidence: a review of the literature on umbilical cord clamping. J Midwifery women's health 2001 (46) : 402 –414.

(24) Weeks A. Umbilical cord clamping after birth. BMJ 2007; 335: 312-3.

(25) Stenson B. Optimising blood volume at birth in preterm infants. Arc dis child, fetal & neonatal 2008 (93) n° 1 (Editorial) : F1.
(26) Fournier J.-C., Burgun P., Bock A., Louis D., Renaut R. Étude du rythme cardiaque instantané du nouveau-né dans les 50 premières minutes de la vie. Congrès de Biarritz, nov 1976.
(27) Nelle M., Kraus M., Bastert G., Linderkamp O. Effects of Leboyer childbirth on left- and right systolic time intervals in healthy term neonates. J perinatal med 1996, 24 (5), 513-520 (22 ref.)
http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=3245212
(28) Whipple GA, Sisson TR, Lund CJ. Delayed ligation of the umbilical cord: its influence on the blood volume of the newborn. Obstet Gynecol 1957 (10) : 603–610.
(29) Usher R, Shephard M, Lind J. The blood volume of the newborn infant and placental transfusion. Acta Paediatr 1963 (52) : 497 –512.
(30) Yao A., Moinian M., Lind J. Distribution of blood between the infant and the placenta after birth. Lancet 1969 (2) : 871-3.
(31) Yao A., Lind J. Effect of gravity on placental transfusion. Lancet 1969, 2 (7619) : 505 –508.
(32) Yao A., Lind J. Placental transfusion. Am J Dis Child 1974 (127) : 128 –141.
(33) Dunn P. Tight nuchal cord and neonatal hypovolaemic shock. Arch Dis Child 1988 (63) : 570 –571.
(34) Linderkamp O, Nelle M, Kraus M, Zilow E. The effect of early and late cord-clamping on blood viscosity and other hemorheological parameters in full-term neonates. Acta Paediatr 1992 (81) : 745 –750.
(35) Wardrop C., Holland B. The roles and vital importance of placental blood to the newborn infant. J perinat med 1995 (23) : 139-43.
(36) McDonnell M. Henderson-Smart D. Delayed umbilical cord clamping in preterm infants : a feasibility study. J pediatric child health 1997 (33) : 308-10.
(37) Ceriani Cernadas J. Carroli G., Pellegrini L. et al. The effect of timing of cord clamping on neonatal venous haematocrit values and clinical outcome at term : a randomized controlled trial. Pediatrics 2006 (117) : e 779-87.
(38) Aladangady N., McHugh S., Aitchison C. et al. Infants' blood volume in a controlled group of placental transfusion at preterm delivery. Pediatrics 2006 (117) : 93-8.
(40) Prendiville W, Elbourne D. In: Chalmers I, Enkin M, Keirse M, eds. Effective Care in Pregnancy and Childbirth. Oxford : Oxford University Press ; 1989. 1145 –69.
(41) Kinmond S., Aitchinson T., Holland B. et al. Umbilical cord clamping and preterm infants : a randomized trial. BMJ 1993 (306) : 172-5.
(42) Michaelsen K., Milman N, Samuelson G. A longitudinal study of iron status in healthy Danish infants : effects of early iron status, growth velocity and dietary factors. Acta Paediatr 1995 ; 84 : 1035 –1044.
(43) Grajeda R., Perez-Escamilla R. and Dewey K., Delayed clamping of the umbilical cord improves hematologic status of Guatemalan infants at 2 months of age. Am J Clin Nutr 1997 (65) : 425–431.
(44) R Gupta and Ramji S., Effect of delayed cord clamping on iron stores in infants born to anemic mothers : a randomized controlled trial. Indian Pediatr 2002 (39) : 130–135.
(45) Van Rheenen P. and Brabin B. Late umbilical cord-clamping as an intervention for reducing iron deficiency anaemia in term infants in developing and industrialised countries: a systematic review. Ann trop paediatr 2004 (24) : 3–16.
(46) Yao A. Mhinian M., Lind J. Distribution of blood between infant and placenta after birth. Lancet 1969 (25) 2 : 871-3.
(47) Linderkamp O., Nelle M., Kraus M. et al. The effect of early and late cord clamping on blood viscosity and hemorheologic parameters in full-term neonates. Acta Paediatr 1992 (81) : 745-50.
(48) Ibrahim H., Krouskop R., Lewis D. et al. Placental transfusion : umbilical cord clamping and preterm infants. J perinatol 2000 (20) : 351-4.
(49) Haedon J., Ward Platt M. Metabolic adaptation in small for gestational age infants. Arch dis child 1993 (68) : 262-8.
(50) Pisacane A. Neonatal prevention of iron deficiency. BMJ 1996 (312) : 136-7.
(51) Mercer J., McGrath M., Hensman A. et al. Immediate and delayed cord clamping in infants born between 24 and 32 weeks: a pilot randomized controlled trial. J perinatol 2003 (23) : 466-72.
(52) Reynolds G. Beyond sweetness and warmth : transition of the preterm infant. Arch dis child fetal & neonatal ed 2008 (93) n° 1 : F2-3.
(53) Mercer J., Vohr B., McGrath M et al. Delayed cord clamping in very preterm infants reduces the incidence of intraventricular hemorrhage and late onset sepsis : a randomized controlled trial. Pediatrics 2006 (117) : 1235-42.
(54) Rabe H., Reynolds G., Diaz-Rossello J. Early versus delayed umbilical cord clamping in very low birth weight preterm infants. Cochrane database syst rev 2004 (4) ; CD003248.
(55) Rabe H., Wacker A., Hulskamp G. et al. A randomized controlled trial of delayed cord clamping in preterm infants. Eur J pediatrics 2000 ; 159 : 775-7.
(56) Hosono S., Mugishima H., Fujita H., Hosono A., Minato M., Okada T., Takahashi S., Harada K. Umbilical cord milking reduces the need for red cell transfusions and improves neonatal adaptation in infants born at less than 29 weeks gestation : a randomised controlled trial. Arch dis child fetal neonatal ed 2008 (93) F14-19.
(57) http://en.wikipedia.org/wiki/Ambidextrous
(58) Lettre du 4 juin 1980 à R. Romberg-Weiner.
http://Sexuallymutilatedchild.org/leboyer.htm
(59) Romberg-Weiner R. Circumcision, the painful dilemma. South Hadley: Bergin and Garvey ; 1985.
(60) Salk L, Lipsitt L, Sturner W, et al. Relationship of maternal and perinatal conditions to eventual adolescent suicide. Lancet 1985 ; i : 624-7. http://www.cirp.org/library/psych/salk1/
(61) Jacobson B, Eklund G, Hamberger L. et al. Perinatal origin of adult self-destructive behavior. Acta psychiatr Scand 1987 ; 76 (4) : 364-71.
http://www.cirp.org/library/psych/jacobsen1
(62) van der Kolk BA, Perry JC, Herman JL. Childhood origins of self-destructive behavior. Am J Psychiatry 1991 ; 148 ;1665-71. http://www.cirp.org/library/psych/vanderkolk_1991/
(63) Jacobson B. Bygdeman M. Obstetric care and proneness of offspring to suicide as adults: case-control study. BMJ 1998 ; 317 : 1346-49. http://www.bmj.com/content/317/7169/1346.full
(64) Raine A, Brennan P, Mednick S. Birth complications combined with early maternal rejection at age 1 year predispose to violent crime at age 18 years. Arch Gen Psychiatry 1994, 51 (12) : 984-8
http://www.unboundmedicine.com/medline/ebm/record/7979887/abstract/Birth_complications_combined_with_early_maternal_rejection_at_age_1_year_predispose_to_violent_crime_at_age_18_years_
(65) Chamberlain D. What babies are teaching us about violence. Pre- and Perinatal Psychology Journal, 10 (2), Winter 1995, 57-74.
(66) Arseneault L., Tremblay R., Boulerice B. and Saucier J.-F. Obstetrical complications and violent delinquency: testing two developmental pathways. Child Development 2002, Vol. 73 (2), 496-508.
http://www.jstor.org/discover/10.2307/3696371?uid=3738016&uid=2134&uid=2&uid=70&uid=4&sid=21101453006993
(67) Hodgins S, Kratzer L, McNeil TF. Obstetrical complications, parenting practices and risk of criminal behaviour among persons who develop major mental disorders. Acta Psychiatr Scand. 2002 ; 105 (3) : 179-88.


[1] ACOG Recommends Delayed Umbilical Cord Clamping for All Healthy Infants, 2016.
http://www.acog.org/About-ACOG/News-Room/News-Releases/2016/Delayed-Umbilical-Cord-Clamping-for-All-Healthy-Infants
[2] Romberg-Weiner R. Circumcision, the painful dilemma.
https://circumcisionthepainfuldilemma.wordpress.com/table-of-contents/chapter17/17-b/
[3] Andersson O. et al. Effect of delayed cord clamping on neurodevelopment at 4 years of age, a randomized clinical trial. JAMA Pediatr. 2015. doi:10.1001/jamapediatrics.2015.0358
http://archpedi.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=2296145